Starshine-Online Forum

Forum du jeu en ligne Starshine-Online

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 31/07/14 à 16:20:18

Taurn
Barbare
Inscription : 08/04/13
Messages : 2 011

La banquise en feu, à quand la plaine.

Sur le départ

Taurn, depuis peu ministre de l'économie, se tournait un peu les pouces. Fifi était parti depuis quelque mois dans le nord, voir du pays avait il dit... Le temps semblait long, il avait fallu se remettre des blessures de l'horreur gobeline qui grouillait dans les profondeurs du territoire gobelin. Cela avait pris du temps. Mais bon, ils étaient venu à bout de ce tyrannique roi gobelin. L'été battait son plein et le soleil se reflétait un peu trop sur la banquise, c'était passablement désagréable. Il était peut être temps de faire une petite escapade hors de ces contrées glacées. Taurn réfléchissait aux différents territoires à proximité. Des gens un peu comme nous mais en moins grand et surtout moins costaud à l'ouest et au nord-est. Des affreux suceurs de sang à l'est. Taurn ne s'était jamais vraiment entendu avec morts ambulants. La seule chose un peu sympathique chez eux était leur couleur : le blanc de leur peau faisait un peu penser au pelage de Fifi. Au nord-ouest s'étendait la grande forêt, territoire un peu hostile peuplé par des petits être malfaisant, du moins dans les souvenir de Taurn. Il était sans doute temps d’agrandir le territoire barbare et d'asservir certains de ces peuples. Pourquoi ne pas commencer par les frêles barbares peuplant des plaines à l'ouest des étendues glacées, par delà quelques cols. Il allait falloir s'équiper, on ne conquiert par un aussi grand territoire uniquement avec une hache ou des sorts provenant d'outre-mort. Taurn, non habilité depuis qu'il avait quitté ses fonctions, demanda au chargé de la guerre de préparer un peu de matériel pour lui et les barbares qui souhaiteraient l'accompagner. Trois fois rien : une vingtaine de tout ce qu'il pourrait trouver qui servirait à casser. De toutes façons, le nouveau roi passait son temps à batifoler avec ses gros amis gris, donc Taurn se fichait un peu de ce que celui-ci pouvait dire.  En attendant, Taurn parti en éclaireur avec ses compagnons de toujours. Cependant son ami Anarion les avait quitté plus tôt pour rejoindre une retraite ou il se consacrait dorénavant au spiritueux, ou quelque chose qui ressemblait un peu à ce mot. Ils avaient réussi à récupérer un jeune soigneur très talentueux malgré son jeune age. C'est ainsi que la petite troupe, en attente de leur gros joujou parti vers les cols à l'ouest de leur glissante banquise.

Premiers "contacts"

Les joyeux compères était déjà venu dans ses montagnes et savaient donc par ou passer. Pourtant, rien de ce qu'ils voyaient ne collait avec les souvenir qu'ils en avaient. D'énormes empilement de pierre ou de bois étaient disposés partout dans les montagne. Là où il y avait auparavant juste une petite ferme, il y avait une véritable fourmilière et autour de ça, une succession de mur, plus haut les uns que les autres. La petite escapade allait être plus longue que prévue. Les barbares n'ont pas trop l'habitude de grimper et ils préfère la route, mais il n'y avait plus de route ici. Ils continuèrent donc en plaine montagne pour essayer de se rapprocher de ce bazar. Un humain fut rapidement trouvé, ou troué, ou les deux en fait. Il ne fallait pas que les humains se rendent compte de notre présence. Karan faisait un bon usage du joujou qu'il avait trouvé chez les gobelins. Ils allaient pouvoir se rapprocher plus en avant. Les montagnes redescendaient et le petit groupe avait une splendide vu sur une immense plaine. Au fond, pour les plus perceptifs, l'orée d'une forêt pouvait être aperçue. Bien vite, ils se retrouvèrent en plaine et progressèrent en direction de la citadelle qu'ils avaient aperçu en descendant de la montagne. La route était toujours occupée par ces amas immondes, et était donc impraticable. Traversant les champs, les barbares se doutaient que l'alerte avait été donné et qu'il faudrait agir vite. Surtout qu'ils devaient être très visible au milieu d'une telle plaine.

Un contact plus musclé

Arrivés sans encombre aux portes de la ville, les barbares en profitèrent pour faire disparaître presque discrètement tous les habitants qu'ils avaient trouvé à proximité. L'affaire vu vite et rondement menée, cet esclave hobgobelin récupéré dans les montagnes en venant s'avérait très efficace contre ces frêles créatures. N'ayant pas encore l'attirail pour rentrer dans la ville, les barbares se promenèrent vers l'ouest à la recherche de quelques fermes à incendier. Karan laissa deux ou trois fois des écritures à même le sol comme "nous être passés là" ou "Entré, BLAM et désert". Tout se passait le plus agréablement du monde, les petites créatures semblaient désemparés. Au bout de quelque jour, la riposte se fit sentir. Karan écopa de quelques cicatrices, mais passa sa rage sur l'escouade et n'en fit que deux bouchés, la première n'ayant pas permis de finir totalement. L'esclave de Taurn finit en bifteck, et c'est avec grand plaisir qu'à la nuit tombé, les fiers barbares dinèrent les restes. Un matin, ils se levèrent et virent que le jeunot avait disparu. Une envie naturelle pressante l'avait surement amené vers une ferme, rien de tel qu'un bon massacre et quelques viols pour remettre un barbare sur pied. Cependant, un jour après, Le petit Nolas n'était revenu (surement trop d'homme à violer et de femmes à tuer). Karan était devenu tellement enragé qu'il avait finit par se jeter sur une boule de feu d'un mage humain et avait du faire une longue sieste en attendant que quelqu'un s'occupe de lui. L'air leur allait bien et ils décidèrent donc de monter un petit campement à l'ouest de la citadelle, des humains venaient régulièrement leur servir de victime, et les jours passèrent sans qu'ils ne voient le temps passer. L'attente des outils qui lancent des pierres était tout de même un peu longue.

Un départ moins musclé

L'action laissa finalement place à l'ennui, à quoi bon conquérir un peuple même pas capable de se défendre contre cinq barbares. Il achevèrent les blessés, Karan, ce gentleman, laissa même quelques messages sur place, indiquant aux frêles créatures qu'elles pouvaient venir quand elles le désiraient. Le retour passa plus rapidement, Griffon Airline, la compagnie de voyage bien connue fournie à Karan et Taurn un aller rapide vers brisebois. Kersegulel, ce charmant travesti eu plus de mal à monter son griffon, surement un manque d'expérience. Acarien laissa aller le plaisir jusqu'à abattre une cokatrixe qui s'avéra extrêmement rémunératrice. Puis emprunta, comme tout barbare qui se respect, Griffon Airline, Acarien avait eu récemment sa carte diamant. Qui lui permet d'emporter sa besace sans frais.

Dernière modification par Taurn (01/08/14 à 10:33:43)

Hors ligne

#2 01/08/14 à 11:00:56

Taurn
Barbare
Inscription : 08/04/13
Messages : 2 011

Re : La banquise en feu, à quand la plaine.

Une petite surprise

Une fois descendu de griffon, les musclés se rendirent rapidement compte (une dizaine d'heure à peine, ce qui est un exploit pour un barbare) que quelque chose n'allait pas. Le matériel n'était jamais parti, surement quelques problèmes internes. Taurn, comme à son habitude, se ferait un malin plaisir de rajouter du lui sur le problème, ce qui, comme d'habitude, envenimerait la situation. Tout l'attirail avait néanmoins était construit, donc on pouvait se mettre en route. Mais où aller? Les éleveurs de moutons ne valaient qu'on se donne la peine de les soumettre, il fallait trouver quelque chose de nouveau. Hors de question d'aller dans la forêt, cet endroit était le territoire du diable. Taurn se souvenait encore des petits ricanements qu'il avait perçu depuis l'orée de celle-ci. Il avait tout le temps de réfléchir pendant qu'il en quêtait sur la disparition de la quasi totalité des stocks de charbon des barbares. Un trou dans le réservoir? Assurément pas, mais ça ne changeait rien au problème que la cuve était pratiquement vide.

Une cible toute trouvée

Les humains étaient trop faible, Taurn aurait bien mis à sac le royaume des grands costauds qu'il voyait souvent sur la banquise, mais il semblerait qu'il s’agissait là d'amis des barbares. Alors que la recherche de charbon battait son plein, Taurn avait voyagé plus vers le nord, au delà de ces humains sataniques. Un peuple de petite créatures verte y vivait. Ces orcs étaient larges d'épaules et fourniraient un challenge idéal. Restait le problème de l'honneur, il était hors de question de les attaquer sans prévenir. Mais Taurn ne parlait pas vraiment leur langue. Il gribouilla donc quelques mots sur un papier avec des mots des plus rudimentaires. Il lui fallait maintenant compter ses troupes. Il se mit donc à déambuler dans la ville pour trouver des volontaires.

Enrôlage

Il rencontra plus de succès qu'escompté, la quasi totalité des barbares étaient partant, et peut être que certains amis trolls se joindraient à eux par amitié pour certains barbares. Taurn vit tout de même la participation de son roi d'un oeil assez méfiant. Ce dernier était la seule personne à avoir accès à la cuve de charbon en dehors de lui même et était donc le suspect principal de cette disparition. Une liste fût donc écrite :

-Taurn
-Karan
-Nolas
-Kersegulelelele
-Acarien
-Vrinmur
-Kaas-Krahn
-Eurynome
-Choupette Laguiole
-Jeri Kan (mais celui-ci met des réserves sur ça venu, il doit avoir peur)
-Wakko Warner (il a dit qu'il y aurait peut être des trolls avec lui, il serait bien de savoir qui)

Avec tous ces braves barbares, ils arriveraient assurément à leur fin.

Re-Départ
Les engins de sièges furent chargés, et il était temps de partir en direction du nord, de grandes prairies les attendaient, des prairies peuplées de petit lapinous et de petits orcs, et bientôt de petit cadavre. Certains partirent plus tôt que d'autres, on reconnaissait là l'organisation barbare nul doute que les premiers auront fini le travail avant l'arrivé des retardataires. Karan sortit son joujou mais signifia qu'il travaillait actuellement sur une nouvelle botte secrète et qu'il allait donc avoir besoin d'un petit moment avant de partir. Taurn et acarien prirent donc les devants à la suite de Vrinmur. Ce grand gaillard était toujours aussi hardi, il était parti seul avant tout le monde. Un garçon plein d’entrain, qui avait cependant oublié son paquetage en partant.

Hors ligne

Pied de page des forums